J’ai obtenu mon diplôme en marketing de mode au Collège LaSalle en 2005, et je me souviens encore des nœuds dans mon estomac quand le moment est venu de chercher un emploi…

À l’époque, j’aurais aimé travailler avec un recruteur qui m’aiguillerait dans mes recherches, et me donnerait des conseils pour me vendre auprès des meilleures entreprises. Voilà pourquoi je rédige cet article – pour vous, les jeunes diplômés ! J’espère que ces conseils pourront vous aider après l’obtention de votre diplôme.

* Ces conseils peuvent également aider ceux qui ont de la difficulté à trouver du travail dans le domaine de la mode.

Par où commencer ? Vous devriez avoir commencé à faire du réseautage durant vos études, et si ce n’est pas le cas, commencez maintenant ! Assistez à des événements, des salons de l’emploi et développez votre réseau en ligne, notamment via LinkedIn. Si vous avez décroché un stage, GÉNIAL ! Sinon, ne vous découragez pas. Une opportunité se présentera, mais gardez les yeux et les oreilles ouverts !

Le processus de recherche d’emploi

– Indeed et LinkedIn sont les sites web les plus utilisés par les entreprises en recherche de talents. Assurez-vous d’avoir un profil complet sur les deux sites – une photo de profil est toujours une bonne idée.
– Appliquez spontanément auprès des entreprises via leur site internet. C’est ainsi que j’ai reçu le plus d’appels, alors que j’étais une jeune diplômée sans expérience.
– Envoyez un bref message via LinkedIn à un membre de l’équipe de recrutement de l’entreprise pour laquelle vous souhaitez travailler, et demandez une rencontre exploratoire.
– Chasseurs de têtes : soyez sélectif, ne travaillez pas avec tous les recruteurs de la place, surtout ceux qui ne vous inspirent pas. Assurez-vous que cette personne soit crédible, qu’elle prenne le temps de vous rencontrer en personne, et comprenne bien votre profil et vos envies.
– Faire appel à un chasseur de têtes juste après l’obtention de votre diplôme, le meilleur choix ? La réponse est NON ! Les entreprises ne nous paieront pas les frais que nous facturons pour de nouveaux diplômés. Vos chances d’obtenir un entretien ou un emploi sont beaucoup plus élevées si vous postulez par vous-même.

Tout est dans la présentation – points à méditer

– Que disent vos profils sur les réseaux sociaux à votre sujet ?
– Votre CV reflète-t-il votre personnalité et met-il en valeur votre expérience ? Sans erreur ni faute de frappe ?
– Connaissez l’entreprise pour laquelle vous appliquez. Lors de l’entrevue, présentez-vous sous votre meilleur jour et vendez-vous !

Soyez flexible ! (intitulé de poste, travail, entreprise)

– Sachez que vous ne débuterez pas immédiatement votre carrière avec le poste de vos rêves en sortant de l’école. Vous devrez peut-être commencer par le bas et grandir – ce qui est une excellente expérience d’apprentissage.
– Vos premiers emplois vous aideront à déterminer ce que vous aimez faire, au sein de quel type d’organisation – et bien plus encore !
– Ne perdez pas de vue le marché qui vous intéresse. Les opportunités dans les capitales de la mode, comme New York ou Milan, diffèrent de celles de Montréal. Montréal abrite des détaillants et des distributeurs basés au Québec.
– Ne tenez pas compte des intitulés de postes ! Le plus important est que le rôle reflète votre expérience et vos forces. Certains candidats refusent un poste en raison d’un mot comme « Junior » ou « Assistant ». Or le plus important est ce que vous faites – pas votre titre.
– Parfois, nous rencontrons des candidats peu expérimentés avec des demandes salariales exorbitantes, ne correspondant pas à leur expérience, ou encore des attentes démesurées, comme 3 semaines de vacances dès leur entrée en poste ! Soyez réaliste. Il faut bien commencer quelque part.
– Mon premier emploi était peu rémunéré et le trajet était long, mais cela m’a donné la meilleure expérience !

– Faites les recherches appropriées et soyez sélectif lors de l’envoi de votre candidature

– Parfois, nous recevons un candidat ayant postulé pour 5 à 8 postes différents auprès de notre firme. Difficile de savoir ce que cette personne veut vraiment faire…
– Un candidat qui nous dit faire preuve de souplesse et de flexibilité ne sera pas forcément un bon signe pour un employeur potentiel. Vous pouvez passer pour quelqu’un de désespéré !
– Avez-vous recueilli suffisamment de renseignements sur l’entreprise pour laquelle vous appliquez ? Si vous recevez un appel de leur part sans préavis, serez-vous prêt ?
– Il m’est déjà arrivé d’appeler une candidate qui avait postulé à un emploi et n’en avait aucun souvenir. Je n’en ai pas gardé une bonne impression. Gardez une trace de l’endroit où vous postulez et de la date à laquelle vous avez soumis votre candidature.

Savez ce que voulez !

– Qu’ai-je vraiment envie de faire ? Suis-je pleinement qualifié ?
– Où devrais-je me rendre tous les jours ?
– Salaire : de quoi ai-je besoin pour subvenir à mes besoins ? Combien est-ce que j’estime mériter ?
– Y a-t-il d’autres choses importantes pour moi, susceptibles de compenser le salaire ? Vacances, tenue de travail fournie, excellente culture d’entreprise, avantages sociaux, stationnement, horaires flexibles ?

Le travail qui VOUS correspond est à portée de votre main – si vous effectuez vos propres recherches, avez conscience de vos capacités, connaissez bien le marché, et savez vous vendre auprès de l’entreprise qui vous intéresse.

Si vous avez besoin d’aide, contactez-moi au 514-844-5111, poste 111, ou par courriel à nsignore@prestigerecruitment.ca.

Bonne chance !